MATTEO GONET

Du 7 novembre au 28 janvier 2017

Pourquoi artistes, designers, galeristes, décorateurs, joailliers, écoles de design se pressent-ils aux portes de l’atelier bâlois de Matteo Gonet ?….L’homme est un passionné, il vit pour le verre. Technicien d’excellence, il emporte immédiatement l’enthousiasme. Ses interlocuteurs trouvent en lui un partenaire en empathie, en écoute, qui innove, aime expérimenter, et défier le verre à travers les projets qu’on lui propose ou qu’il imagine désormais.

Un parcours exemplaire.

Né en 1978, Mattéo Gonet travaille le verre depuis l’âge de 14 ans.
Chalumiste en Allemagne, puis compagnon, il parcourt l’Europe pendant cinq ans d’atelier en atelier. En 1980, il décroche un diplôme de Bachelor of Fine Art à la Gerrit Rietveld Academy d’Amsterdam, il rejoint le CIRVA, Centre International de Recherche sur le Verre et les Arts, à Marseille, travaille comme souffleur de verre notamment pour Philippe Parreno, Ettore Sottsass, Andrea Branzi, les frères Bouroullec, et rencontre Jean-Michel Othoniel… La rencontre est fructueuse puisque Mattéo a réalisé toutes les pièces en verre de l’artiste, et continue de faire.

Un passionné du verre, travailleur sensible, exigeant et aujourd’hui reconnu.

Installé à Bâle depuis 2008, Mattéo retrouve sa canne de verrier tous les jours « de préférence le matin vers 7h quand il fait frais, c’est comme de jouer d’un instrument de musique, cela demande une pratique quotidienne, pour garder le feeling, la fluidité des gestes ».
Mattéo fait vibrer le verre. Les compétences de l’atelier sont multiples, ce qui est rare : verre soufflé, coulé, thermoformé, découpé, sablé, facetté, sablé, aucune technique ne semble l’arrêter et il sait s’effacer pour se mettre au service des projets. L’atelier est un lieu d’expérimentation et de production où travaillent une dizaine de collaborateurs venant de toute l’Europe.
Les réalisations sont pour la plupart monumentales comme les lustres de Mathieu Lehanneur, les perles sculptures fontaines de Versailles de Jean-Michel Othoniel, une grande verrière pour l’architecte Pierre Yovanovitch.
Ses pièces s’exportent dans le monde entier.

Si Mattéo aime préciser qu’il est ‘ celui qui interprète les désirs de l’artiste, que les questionnements techniques le reposent ‘, il souhaite mettre désormais un peu plus l’accent sur ses travaux personnels. L’homme reste humble, n’aime pas forcément parler de ses œuvres, préfère laisser le regard libre ‘ J’aime l’idée que les objets vivent par eux-mêmes, dans le verre il y a cette tradition de donner de l’émotion sans discours artistique ‘.

Pour cette première exposition monographique de Mattéo Gonet hors de Suisse nous présenterons sept projets, anciens et nouveaux :

- Un imposant et spectaculaire lustre BALLONS
De petits ballons fragiles, inversés, se jouant des règles de la pesanteur, aux couleurs diaphanes, pastels, irisés, ou nuage poétique, prêts à s’envoler mais retenus par une multitude de petits fils.
-Une constellation de DRAGEES délicatement colorées, en pâte de verre, transparentes, translucides ou opaques se jouant de la magie des couleurs, à suspendre.
- Des vases, IRISATIONS
Six gros cylindres de verre travaillés à chaud par enfumage et l’utilisation de chlorure de sodium. Cette technique utilisée dans les années 1900, permet de rendre la vibration, le mouvement, et rappeler aussi que le verre est proche chimiquement de l’eau…
- Des BILLES,
Macro billes surdimensionnées à poser, de 20cm de diamètre. Souvenir de nos jeux et collections d’enfant, elles sont réalisées en verre massif intégrant une réplique tricolore de l’œil de chat, puis polies à la main. Elles relèvent d’un véritable défi technique pour Glassworks. Objets de contemplation, ce travail est une collaboration de Mattéo Gonet avec les designers Jodoc Elmiger et Valérie Jacquemet .
Les billes font parties de la collection du MUDAC de Lausanne.
- des MIGRATIONS
Petits personnages stylisés ou pousses de verres, qui viennent envahir et coloniser pacifiquement l’espace.
- des Miroirs, SILVER DROPS ou gouttes gigantesques recouvertes de mercure, à poser ou suspendre, ils reflètent et déforment notre environnement.
- des TRILOGIES ou des aurores boréales à contempler et où se perdre sans modération.

Dernières expositions
du 5 au 8 mars 2020COLLECTIBLE 2020du 8 au 11 novembre 2019ARCHITECTURAL OBJECTSdu 14 au 17 mars 2019COLLECTIBLE 2019du 25 janvier au 26 février 2019ART OF SITTINGDu 9 février au 7 avril 2018NEW TALENTSETE 2018TOOLSGALERIE A LA BAULE été 2018Mars 2018COLLECTIBLEDu 18 mai au 15 juillet 2017ExtraORdinaire25 mars au 13 mai 2017Konstantin LANDURIS et Paul PIRES da FONTEDu 7 novembre au 28 janvier 2017MATTEO GONET