1 / 7 Aurélien Veyrat et Lise Roussel/Fragments

Fragments

Aurélien Veyrat et Lise Roussel

« La brique, modeste et humble, est certainement le plus ancien matériau de construction créé par l’homme, tout en étant très utilisé dans l’architecture du XXIe siècle et les réalisations d’avant-garde.
Universel et alchimique, ce pavé d’argile nous invite donc à nous questionner sur notre environnement et établit un lien direct entre l’architecture et le paysage : la matérialité de la brique dépend de son site et de sa veine d’extraction, elle est le témoin direct des strates géologiques d’un territoire unique.
Les sculptures de Fragments, notamment les « colonnes », évoquent d’immenses carottages tectoniques prélevés dans les sols et rappellent ainsi les différentes couches de sédimentation qui se sont constituées au fil des millénaires, en érigeant une esthétique de l’archéologie. »

« En occident, les briques sont fabriquées de manière industrielle et dépendent de systèmes de construction. Lise Roussel et Aurélien Veyrat ont souhaité allier la rusticité de la matière naturelle et les technologies utilisées dans l’industrie en découpant et façonnant leurs briques au jet d’eau. «

« Il y a plus de 3000 ans, la Genèse relatait la construction de la tour de Babel, réalisée en briques. Cet épisode a considérablement influencé l’histoire collective, avec comme point de départ une brique, objet d’une grande capacité structurelle qui tient dans la main, devenu ensuite synonyme de l’orgueil de l’Homme.
En 2020, la brique semble à nouveau questionner les fondements de notre monde civilisé par son ambiguïté : incarnant une simplicité véritablement archaïque, elle est devenue le symbole de l’ère industrielle, de la série, de la norme, de la maîtrise. Fragments témoigne de la situation charnière de notre époque, ce point de basculement ou de non-retour où l’on se demande réellement, pour la première fois de l’histoire de l’humanité, s’il faut continuer notre développement ou freiner le progrès en revenant à un essentiel primitif.

D’apparence fragile mais en réalité robustes et imposantes, ces sculptures se dressent fièrement face à nous. Les éléments en terre cuite de Fragments sont à la fois vestiges géologiques, archéologiques, et points de départ d’architectures nouvelles. »