Jules Lobgeois

Jules Lobgeois est né en 1994 dans l’Oise. Il vit et travaille dans un petit village situé au Sud de la région. C’est dans ce village entouré de forêts où ont vécu ses ancêtres qu’il trouve l’inspiration ainsi que le bois et l’acier dont il a besoin pour créer.
Formé au design à l’Ensaama Olivier de Serres à Paris, puis au Laab de Rennes où il a obtenu son Diplôme Supérieur en Arts Appliqués, il se passionne pour la sculpture au sortir de ses études.lire la suite

Jules Lobgeois est né en 1994 dans l’Oise. Il vit et travaille dans un petit village situé au Sud de la région. C’est dans ce village entouré de forêts où ont vécu ses ancêtres qu’il trouve l’inspiration ainsi que le bois et l’acier dont il a besoin pour créer.
Formé au design à l’Ensaama Olivier de Serres à Paris, puis au Laab de Rennes où il a obtenu son Diplôme Supérieur en Arts Appliqués, il se passionne pour la sculpture au sortir de ses études.
C’est en travaillant dans les ateliers Banneel à la restauration des structures de Jean Prouvé qu’il apprend la maitrise de l’acier. Son goût pour la sculpture sur bois massif lui vient de sa collaboration avec l’artiste et sculpteur Kaspar Hamacher qu’il assiste durant plus d’un an en Belgique.
De retour en France en 2018, il ouvre son atelier dans lequel il produit à la main les pièces qu’il dessine. À mi-chemin entre objet fonctionnel et sculpture, chaque pièce que Jules Lobgeois crée provient d’une recherche de pureté de la forme. C’est à dire des objets créés avec le moins de typologies de formes possibles.
Son travail a été exposé durant la Design Week (Paris, 2018), au Grand Bassin lors du concours des Ateliers d’Art de France (Roubaix, 2019), à l’exposition Cumulables (Paris 3, 2019), à Maison & Objet (Villepinte 2019), ainsi que pour Collectible avec la Modern Shapes Gallery (Bruxelles, 2020).
Pour Jules Lobgeois la ressource doit être locale. Durant l’année il sillonne les forêts de l’Oise à la recherche d’inspiration, de formes, de ressources. C’est ainsi qu’il collecte du bois - mort ou issu d’arbres couchés par les tempêtes de plus en plus récurrentes - pour le faire sécher dans son atelier. Le moment venu l’arbre, devenu pièce de bois, est taillé pour renaitre sous une nouvelle forme.
Photos: EUGENIE TOUZE